Accueil » concert

Category: concert

Le Top 10 des galères des groupes de compo

Avant de monter le groupe de reprises In Bed With Jagger, nous avons tous joué dans des groupes de compos. Qui dit création originale dit galère, et en voici le top 10 selon mon point de vue. Toutes les histoires ont été vécues.

 

10 – Porte close à l’heure du RDV

Capture d’écran 2015-09-04 à 17.54.18On avait bien dit 17h ? Et oui, pour commencer un concert à 21h, un groupe a besoin de s’installer et de faire sa balance. Il arrive que certains organisateurs de concerts indélicats ne respectent pas les heures de RDV, et se fichent éperdument que tu aies pris une journée de congé pour jouer dans leur rade. Quand tu as un groupe de compos, vivre de ta musique est réservé à une minorité n’oublions pas, donc un peu de respect pour les musiciens, merci :).

9 – J’ai oublié l’alimentation de la console

Tu arrives à l’heure sur le lieux du concert avec le matos complet, tu commences bien entendu à monter la batterie, les amplis, les câbles, et au moment de faire le son, il te manque cette #~\^* d’alimentation. Plus de peur que de mal, le concert était à 15mn de la maison dans notre cas de figure.

8 – On vous paye au pourcentage sur le bar

Je ne sais pas pourquoi, mais que nous ayons fait venir 20 ou 100 potes (bah oui sans les groupes et surtout leurs potes, les rades pourris restent vides), au moment de payer au pourcentage, on a toujours reçu 100 €. Donnée impossible à vérifier, si rémunération il y a, je vous déconseille d’accepter le pourcentage et de revenir au bon vieux forfait.

7 – Le chanteur a perdu sa voix

C’est connu, le plus souvent, les groupes de compo jouent l’hiver, car l’été leurs potes ne sont pas en ville et ne peuvent pas remplir les bars. L’hiver, les microbes arrivent et ils adorent se nicher dans la gorge des chanteurs. Concert horrible en perspective pour le chanteur, les musiciens et le public !

6 – le tremplin rock

Capture d’écran 2015-09-04 à 17.57.35Qui n’a pas tenté sa chance dans le milieu en s’inscrivant dans un tremplin Rock ? Pour ceux qui ne connaissent pas ce bonheur, c’est un concours avec un jury composé de professionnels absolument inconnus et à la qualification douteuse, et qui permet de gagner l’enregistrement de tes titres dans un studio mondialement renommé comme celui d-de Cerrans Foulletourte dans la Sarthe. Un tremplin c’est un règlement étrange, et quand ce n’est pas le nombre de potes ou l’applaudimètre qui peut te faire passer les étapes façon Emergenza (à éviter à tout prix), en cas de décision d’un vrai jury c’est facile, c’est toujours le groupe altermondialiste qui joue avec une bassine, un accordéon et un harmonica qui va gagner. “Ouais ce que vous faites c’est hyper original”, cela montre la qualification de certain jury… Je me souviens de groupes qui jouaient super bien avec un son propre et qui ont perdu face aux bassines/accordéon.

5 – La Balance

Gros sujet de galère. Entre l’ingé son non qualifié qui ne comprends pas que tu as besoin de plus de retour sur scène au risque de ne pas jouer le bon morceau au bon moment, ou celui qui arrive grave en retard, alors que tu avais prévu 2 heures pour bien faire les choses et qui te dit : “bon on n’a qu’une demi-heure on va faire ça vite”. Mention spéciale aussi quand  on partage le scène avec d’autres groupes pour le guitariste qui reste coincé dans les transports.

4 – Le matos sur place

Comment dire, dans certains lieux, on vous dit que la batterie est déjà sur place, ou que la console est complète avec les retours. N’en faites rien ! Il nous est arriver d’arriver au lieu-dit à l’autre bout de la France, et de constater que la pédale de grosse caisse n’est plus là, ou que les retours sont des vieilles enceintes rangées (pardon entassées) dans un coin. Le problème c’est que les potes aussi sont venu, et que le minimum c’est de faire le concert. Dans le cas de la pédale on a fini en acoustique, et des retours, on a chanté faux… Spéciale dédicace à l’Abracadabar qui nous a permit de vivre cette belle expérience.

3 – le limiteur

Capture d’écran 2015-09-04 à 17.59.27Un grand sujet ! Certaines consoles intègrent directement un limiteur de décibels. L’avantage est que les propriétaires connaissent en général bien leur console et arrivent à composer avec. Mais il y a encore des irréductibles qui utilisent des sonomètres. C’est un appareil qui permet à son détenteur de connaître exactement le niveau de décibels. Et souvent ledit détenteur va passer la soirée à utiliser son couteux jouet en vous faisant des gros yeux. Concert désagréable garanti !

2 – C’est pas vous qui jouez ce soir

Que dire de plus, encore une fois, les potes sont là, tout le matos transporté, et un groupe est déjà installé à votre place avec ses propres potes. Dans ce cas soit on partage, soit ça fini en pugilat, avec la patron du bar au milieu.

1 – On arrête le concert

Capture d’écran 2015-09-04 à 18.02.02Certainement l’expérience la plus frustrante et détestable jamais connue. Une fois avec mon ancien groupe, nous nous sommes produit 2 dates au bar le Falstaff près de la gare du Nord à Paris (rade fermé depuis et tant mieux !). Premier concert, parfait, super sympa, cachet, petit (mais cachet quand même). Il faut dire que 100 personnes avaient fait le déplacement, ont dîné et consommé. La seconde fois, 20 potes uniquement, motivés, mais pas assez nombreux. Résultat, à la pause du concert, le patron pas content (il compte sur les groupes pour remplir son bar) stoppe le concert et nous dit de dégager. C’est le moment de faire preuve de sang froid, de s’asseoir sur son cachet et de blacklister le rade.

 

Il y a encore heureusement une majorité de lieux où l’accueil des patrons est très sympa, et où tout se passe bien. Mais on se souvient plus souvent des galères que des bons plans, c’est plus drôle à raconter.

Et vous chers confrères, quel est votre top galère en concert ?

Live en Champagne avec So Loud

Avis à la population !

Dans 2 petites semaines, les oreilles champenoises auront le plaisir d’entendre le Groupe So Loud se produire en live. Pour ceux qui ne le sauraient pas, So Loud c’est le mariage entre In Bed With Jagger et Macak System, tous anciens membres du groupe de compos “Part2higher”, qui était orthographié auparavant “Partout Ailleurs”, et qui était le nom de groupe qui a suivi “C’est Groove Docteur”.  Donc So Loud c’est Stéphane Limouzin à la guitare, Laurent Delvac à l’acoustique, chant et clavier, Fabrice Tejou à la Batterie et au chant, Stéphane Blanc à la guitare, et Romain Pia à la basse et au chant.

Si vous êtes perdus avec tout ça, le plus simple est de mettre en route votre GPS, mobile, boussole ou compas, et de venir nous retrouver au restaurant/bar Le Parvis à Bezannes, Esplanade Alcide de Gasperi le 18 juin 2015 à 20 heures pour celles et ceux qui souhaitent dîner sur place, ou 22 heures pour les autres.

Le parvis est l’endroit idéal pour venir nous écouter, ce n’est pas un établissement qui va nous placer entre 2 tables, mais une vrai salle pour les événements.

Le groupe de reprises fera un concert de plus de 2h30 avec un répertoire varié passant de la pop-rock au rock, hard rock, funk, dance, groove et variété.

Un extrait vidéo ? Et bien nous y voilà…

Le jeu de la reprise – partie 1

Nouvelle section au sein du site In Bed With Jagger. Nous allons vous donner des indices, à vous de trouver le titre et l’auteur. Le gagnant de ce concours aura le privilège de prendre un selfie avec IBWJ et de le publier sur notre page !

Ce titre a été créé par un groupe mythique qui fut formé en 1964 par les deux frères Robert et Ronald Bell. A l’origine nommé les Jazziacs, puis les Monikers, ils ont aussi officié sous le nom de Soul town review et ont accompagné les Temptations. Leur nom final viendra d’une blague faite par un animateur de Radio Nord-Américaine qui les trouvait tous très cool.

Après avoir côtoyé James Brown, Miles Davis, Ils sont reconnus dans le jazz-funk avec des titres comme jungle-boogie, titre remis en haut de la pile par le film Pulp Fiction. Fans de belles moustaches, ils ont irrité l’épiderme de plus d’une de leurs fan.

kool-and-the-gang-ok-2

Quand beaucoup de groupes dans les années 70 se tournent vers la facilité en jouant de la disco, ce groupe investit le mouvement de la pop-funk avec une série de titres mythiques comme “get down on it”. Celui qui nous intéresse sortit en 1984, permit à toute une génération d’enchaîner des petits pas de danse délicats et mesurés sur les pistes des discothèques.

Atteignant la première place dans les charts aux US, en France il ne se place qu’à la 28ème position, mais sera classé pendant plus de 5 mois.

Il devient un titre mythique repris par In bed With Jagger, il parle visiblement d’une femme très “fraîche”, je suis, je suis, je suis ?

La solution en vidéo ici